Energie vitale

Energie vitale

Le vide est le siège d’une énergie gigantesque

 

La terre en mouvement. Un halo de nuages comme en mouvement énergique autour d'elle

Cette énergie connue à travers le monde est nommée de façons différentes selon les peuples et les époques. Les appellations de l’énergie universelle les plus courantes sont appelées le «chi» ou«ki» dans la culture Asiatique désignant le souffle originel ou énergie cosmique circulant dans tous les lieux et toutes les choses et le «prânâ» dans la culture Indienne, terme sanskrit traduit pour énergie absolue, habitant à la fois l’univers et le vivant.

Ce concept d’énergie se rapporte aussi à l’appellation éther, appelée aussi énergie libre.
Quand en 1900 Max Planck ouvre les portes des premiers fondements de la physique quantique, suivie de la Théorie de la relativité d’Einstein, nous entrons dans la conception de la structure de l’univers dans ce qu’il a de plus subtil. La dimension atomique et subatomique nous plonge dans une réalité insaisissable. Le vide est le siège d’une énergie gigantesque.

Einstein fera savoir tout au long de sa carrière qu’un espace sans éther est inconcevable et que la matière et la lumière ne sont en réalité qu’une forme condensée de cette énergie et que cette énergie en perpétuelle vibration est composée de «grains» appelés corpuscules.

La physique moderne a prouvé aujourd’hui que la matière au sens rationnel du terme n’existe pas. La théorie ondulatoire en physique quantique (énergie du vide – équation de Schrödinger) explique que tout ce qui existe dans l’Univers, qu’il s’agisse de matière, d’espace ou de lumière serait fait d’un seul et même type d’entités fondamentales que l’on appelle particules quantiques(quantons) transportant chacune une quantité précise d’énergie. Elles interagissent à distance, sans contact réel et sont associés à une fonction d’ondes.

Cette théorie se rapporte aussi à l’énergie vitale appelée orgone.
Cette force vitale omniprésente dans l’Univers a comme caractéristique principale le mouvement.

 L. C.

Retour                                                                                                                                          Lire la suite